Afin de bien commencer la saison 2016, les topettes et moi décidons de s’en aller déguster les vins produis au domaine de la Vigne Blanche à Cologny. Sarah Meylan, la nouvelle maîtresse des lieux (succédant à son papa, elle reprend le domaine en 2014) accepte gentiment de nous recevoir un jeudi soir, en dehors des heures de dégustation habituelles.

En bref

Ce qui nous a plu:

  • L’accueil sympathique et les explications fournies de Sarah.
  • La qualité générale de tous les vins dégustés.
  • Un sauvignon blanc explosif.
  • Deux assemblages rouges très différents et réussis.
  • Une cohérence dans l’offre et les choix des cépages et des vinifications.
  • Les prix (très) raisonnables compte tenu de la qualité des vins.

Récit (en moins bref):

Mise en route

Arrivés avec un petit quart d’heure de retard à la cave, nous sommes accueillis avec le sourire sur le parking du domaine.

Entrée dans le caveau, une tête de moine trône au milieu d’un quatuor de verres soigneusement disposés sur une table ronde prête à nous accueillir. Arrivée humide (il pleut) de la quatrième et dernière Topette*, la dégustation peut commencer.

*Topette: nom féminin générique pouvant tantôt qualifier une bouteille, un vin ou un membre de l’association Topette.ch. Ici, le 3ème sens est utilisé.

Dégustation

Sarah entame sa présentation du domaine par quelques statistiques: 7.5 hectares de vignes répartis sur 4 parcelles à Cologny, chacune donnant lieu à une appellation différente, entre 45 et 50 mille bouteilles produites chaque année. Premier bouchon tiré, le chasselas s’échappe de la bouteille joliment étiquetée et vient napper le fond de nos verres tristes puisque secs. Autour du cépage si cher à notre canton, Sarah nous confie avoir été l’élève de la toute première classe de Christian Guyot à Changins. Les premiers commentaires fusent: « Joli c’chasselas! » à droite, « pas mal! » à gauche, moue acquiesçante en face. La vigneronne confirme une belle minéralité sur ce vin et, au détour d’une petite digression sur le label bio visé, nous fait part des méthodes de travail de la vigne et du vin les plus naturelles possible.

vigne_blanche_chasselas

La suite de la dégustation passe par un original et plaisant riesling-sylvaner que toutes les Topettes s’accorderont à déguster plutôt frais à l’apéro ainsi qu’un chardonnay sympathique (mais indisponible en 2015). Le petit détour par le pinot blanc ne m’a pas provoqué de grande émotion (point de vue non partagé par d’autres Topettes). En revanche, le final de la dégustation des blancs est marqué par un superbe sauvignon blanc au nez explosif qui provoquera différentes tentatives d’analyses olfactives qui ne tombent bien sûr pas en accord: cassis, mangue, fruit de la passion, fleurs et j’en passe mais l’essentiel est là! Et les topettes de valider: ce vin sort du lot! Rendez-vous est pris au mois de mai lorsqu’il sera de nouveau disponible (ce n’est pas faute d’avoir insisté pour en avoir tout de suite…).

sauvignon

Rouge sur blanc…(eh ben… tous contents!)

Les rouges ne sont pas en reste derrière la qualité dégustée jusque-là. Un pinot noir barrique simple et efficace vient faire l’unanimité de nos mines réjouies qui en arrivent presque à étonner Sarah, manifestement peu habituée à mettre ce cépage en avant. Il est vrai que la suite vaut le détour: trois rouges cuves portent le nom de trois des filles de la famille (la quatrième devra attendre encore un peu que le cabernet sauvignon finisse de travailler en barrique). Nous goûtons la cuvée Eléonore, un magnifique merlot sur le fruit très typé.

3filles

Faute de temps, nous décidons le cœur lourd de sauter les gamaret et garanoir pour passer à la dégustation des deux stars du domaine. La première bouteille est remplie d’un assemblage merlot-garanoir (50%-50%) élevé 12 mois en barrique. Très typique des assemblages suisses, ce vin, bien que doté d’une belle rondeur laisse le fruit s’exprimer: belle réussite! Les topettes commencent à remplir leurs cartes de commande et cette « Réserve de la Commune de Cologny » à l’étiquette un peu vieillotte très classique fait partie de tous les lots.

Capture2

Belle conclusion

Finir une dégustation en beauté est un art parfois difficile, tant l’excitation, la fatigue, la faim, le mélange des goûts peuvent venir émousser les papilles. Heureusement quelques artistes, survolant la masse, savent venir faire mentir cette affirmation. C’est le cas de la cuvée Cologny: Assemblage Gamaret-Cabernet-sauvignon (aux proportions changeantes au gré des millésimes) élevé lui aussi 12 mois en barrique. Amateur de (bons) vins mais novice dans l’art de la dégustation, ce vin m’inspira le commentaire suivant (photo du carnet de note comme pièce à conviction fourni sur demande…): « typé sauvignon, astringence typique, racé, belle puissance ». Je ne sais pas d’où ces mots sont sortis (ni vraiment ce qu’ils veulent dire !), peut-être de la magie de cet assemblage qui, lui aussi, fera partie des bouteilles que je sortirai avec plaisir de ma cave.

Capture

Prix et conditions

Cet article ne mentionne aucun prix des vins de la vigne blanche. Je vous laisse constater par vous-même que ceux-ci sont plus que raisonnables. Le rapport qualité-prix fait partie des meilleurs que l’on ait pu trouver depuis les quelques années où nous arpentons les vignobles genevois. Pour finir, et histoire de vous motiver encore à commander, relevons que les frais de port sont gratuits pour toute commande de 6 bouteilles sur Genève.

Thomas